Travel blog du Voyageur

Accueil » Idées de voyage » Tout savoir sur Huacachina et son oasis

Tout savoir sur Huacachina et son oasis

Travel Blog du Voyageur est un site d’informations sur les différents voyages que vous pourrez faire autour du monde. Nous vous donnerons des conseils recueillis grâce aux voyageurs.

Le Pérou est une belle destination touristique qui attire les voyageurs du monde entier. Le pays et ses régions dissimulent des trésors, autant naturels que culturels, inestimables. Lorsqu’on imagine un voyage au Pérou, on pense naturellement au Machu Picchu, Cuzco, les grandes cordillères ou encore le lac Titicaca.

Hormis ces merveilles connues de tous, d’autres régions bien moins touristiques proposent d’autres découvertes à travers une aventure grandeur nature. Randonnée sur le sable, détente au bord d’un lagon, voir des momies Paracas… la ville d’Ica est l’un de ces destinations péruviennes encore méconnu, mais qui saura vous mettre plein les yeux.

Cette localité d’environ 300 000 habitants, est le chef-lieu de la province du même nom. Elle constitue un lieu de villégiature d’exception de par son aspect désertique et préservé. Il faut noter que l’endroit doit son attractivité à ses rivages et son étendue désertique idéale pour la pratique de sandbaord ainsi que son soleil. La région est aussi réputée pour la production du Pisco, la boisson nationale péruvienne.

À l’assaut du désert sud péruvien

inca

Le désert du sud du Pérou est une véritable terre d’aventures et de dépaysement. Des îles Ballestas jusqu’à l’Oasis de Huacachina, en passant les fameuses lignes de Nazca, cette région fascine par ses trésors et mystères culturels et naturels.

Elle ravira les amateurs de bonne table par ses produits du terroir et ses nombreuses exploitations vinicoles. Sans oublier les expériences gastronomiques dans des restaurants typiques. Et pour ceux qui sont en quête de sensations et d’adrénaline, la région propose de pratiquer le buggy sur les dunes de sable blanc à perte de vue ou encore le sandbord.

Pour les activités nautiques, la côte propose divers spots pour le kitesurf et la planche à voile. Pour découvrir la faune, un arrêt sur les îles Ballestas et la Réserve nationale de Parcas d’impose. Ce sont les meilleurs sanctuaires sauvages de la côte péruvienne.

Les dunes du désert sud péruvien font le plaisir des yeux avec leurs ondulations prononcées sur la surface. Elles se prêtent à assouvir notre soif de risque et d’aventure. Pour une expérience inédite, le désert d’Ica est à ne pas manquer. C’est ici que le Marathon des Sables a eu lieu en 2017, mais aussi le rallye Dakar. Un bel endroit pour les voyageurs à la recherche d’évasion.

Ica, une région à visiter

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La ville d’Ica n’a rien d’attrayante à premier abord. C’est toutefois un passage obligé pour entrer dans l’oasis de Huacachina. Les choses à voir sont nombreuses aux alentours. Il est, entre autres, possible de visiter un vignoble produisant le Pisco, l’alcool local.

Une dégustation est au programme. On peut encore voir, dans la cave, une presse de 150 ans ainsi que des jarres en terre cuite servant à la fermentation. Pour fabriquer un litre de cette boisson nationale, il faut 4 litres de vin. Tout au long du circuit, les visiteurs ont le droit à de beaux paysages.

Pour se rendre à Ica depuis Cuzco, vous pouvez rejoindre Pisco, puis emprunter un bus jusqu’à destination. Quatre compagnies proposent de relier Cuzco et Ica avec des bus de nuit. Ces derniers desservent tous Nazca. Les visiteurs ont le choix, car en tout, il y a 8 bus par jour qui fait la liaison.

Il est astucieux de choisir un bus proposant une meilleure climatisation pour ne pas se réveiller en sueur le matin. Les températures entre les destinations peuvent présentées un écart considérable.

Ica est une ville chargée d’histoires. D’après la légende, Pachacutec, l’empereur Inca, tomba fol amoureux d’une fille vierge dans la vallée d’Ica. Mais celle-ci refusa ses avances. Il a donc décidé de lui offrir un présent en guide d’adieu. Ceci consiste à acheminer l’eau dans le village de la fille.

Pour ce faire, il mobilisa 40 000 hommes pour creuser le canal principal Achirana pendant 45 jours. Des rumeurs disent que la jeune fille serait devenue une sirène qui nage encore dans l’eau du lac. Aujourd’hui, la vallée continue d’être irriguée par le canal.

Elle est devenue un oasis fleuri qui ne manque pas de séduire les touristes et vacanciers séjournant dans la région. En outre, la vallée était sous l’exploitation des moines espagnols au début de la colonisation. Ces derniers utilisaient la terre à des fins de viniculture.

La visite des anciens monastères producteurs de vins, aujourd’hui transformés en hôtels de prestige et en caves modernes, témoignent du dynamisme de cette pratique à l’époque. Mais parmi les merveilles et les curiosités qui méritent largement l’attention à Ica figure l’oasis de Huacachina.

La lagune du même nom profite d’un cadre exceptionnel au milieu du désert avec un décor de palmerais, d’acacias et de dunes. Cet endroit hors du commun a été découvert vers 1940 par les archéologues. Le village regorge aujourd’hui de villas de vacances, d’hôtels de luxe et de restaurants.

Toutefois, bien qu’il attire de nombreux visiteurs, il reste un coin rêvé pour profiter du calme à l’ombre des peupliers et des ficus. Ce havre de quiétude est localisé à seulement 5 km du centre d’Ica, à quelques kilomètres de la côte Pacifique péruvienne, au sud de Lima.

Cet oasis c’est formé lors d’un affleurement de sous-courants. On peut y admirer la vue au bord de la lagune en sirotant un cocktail ou en se promenant dans les dunes.

Se rendre à Huacachina et son oasis : ce qu’il faut savoir

pop

Huacachina est un hameau de la région d’Ica, dans la ville du même nom. Le village est idéalement construit autour d’un petit lac. Deuxième oasis du contient derrière le village de San Pedro de Atacama au Chili, il constitue à la fois un lieu de villégiature pour les locaux ainsi qu’une attraction pour les touristes étrangers.

Ceux-ci y viennent particulièrement pour se reposer au calme, admirer les dunes et faire du sandboard. Il convient, toutefois, de noter que des entreprises privées implantent des puits aux alentours de l’oasis. Cela a entraîné une baisse considérable du niveau d’eau du lac, notamment à cause du drainage des eaux souterraines.

Les services publics ont, toutefois, chercher des solutions en créant un nouveau puits de 80 m permettant de générer un approvisionnement en eau dans les années à venir. L’objectif étant de conserver l’attrait touristique du village. Il faut noter que l’eau du lac vient de courants souterrains, ce qui lui procure une couleur verte émeraude.

Les eaux de Huacachina étaient connues  pour disposer des propriétés médicinales au début du XXe siècle. Les nobles péruviens y venaient se baigner pour soulager leurs maux. Et de manière progressive, l’endroit est devenu un attrait touristique offrant une expérience inédite.

Trois itinéraires différents permettent de se rendre à l’oasis de Huacachina. Si vous partez au départ de Lima, vous devez vous rendre au terminal Javier Prado et prendre un bus de Cruz del Sur.

Pour ce trajet, comptez environ 5h. Sinon, depuis Nazca, il est beaucoup plus court. Il suffit d’emprunter le bus partant de la gare du centre-ville. Vous prenez juste le taxi pour vous rendre à l’oasis si vous êtes déjà à Ica. En outre, si vous séjournez à Paracas, il faut rejoindre Pisco Cruce. De là, vous prendrez un combi à Ica.

Les établissements implantés sur les rives du lac disposent, pour certains de piscines. Et même si le vôtre n’en a pas, il est possible d’aller dans celle de l’hôtel voisin. Mais il faut d’abord s’informer s’il existe un accord entre les deux établissements. Si ce n’est pas le cas, il est toujours possible de s’offrir une partie de baignade. En outre, on vient à l’oasis d’Huacachina pour se dépayser.

On profite du soleil avec un verre de Pisco à la main. Il s’agit du cocktail typique de la région et de tout Pérou. Par ailleurs, il faut savoir que la vie à Huacachina coûte assez chère.

Pour faire des économies, pensez à faire le plein de bouteilles d’eau, et si nécessaire, de nourriture. Il n’y existe pas également de distributeur. Vous devrez retirer votre argent à Ica pour éviter de faire un aller-retour.

Une sélection d’établissements hôteliers à Huacachina permet de dénicher un logement adapté à tous les budgets. Pour profite de prestations de qualité à des prix abordables, Huacchina Sunset peut constituer un bon choix. Il est possible de négocier.

Prévoyez 70 Pen pour une chambre double avec salle de bain privée et petit déjeuner. L’hôtel ne possède pas une piscine, mais un accord avec l’Eco Camp, juste en face permet de profiter de leur piscine à seulement 1 Pen par jour et par personne. Vous pouvez également trouver une chambre dans Eco Camp si vous avez le budget nécessaire.

Sinon, Huacachina Sunset propose des chambres assez spacieuses et biens propres. Et pour le déjeuner et le dîner, vous pouvez essayer le restaurant de l’hôtel. Beaucoup de plats variés y sont proposés et les prix sont raisonnables.

Sinon, ceux qui ont les moyens pourront opter pour le Curasi Hotel. Ce dernier dispose de grande piscine, en plein centre de l’oasis. Pour une chambre, comptez à partir de 120 Pen la nuit.

Comment profiter de votre visite à Huacachina ?

hua

La meilleure façon d’apprécier la beauté de l’endroit est de le découvrir à son propre rythme. Pour cela, vous pouvez opter pour la location d’un pédalo. De nombreuses agences locales implantées au bord de l’eau proposent cette prestation. Cette solution permet de profiter pleinement du paysage et de faire une escale dans un des restaurants près des rives.

Après cette balade lacustre, les sports de glisse sont à expérimenter. Le sable, les dunes et les pentes abruptes se prêtent parfaitement au bodyboard et au sandboard. À Huacachina, les dunes de sable remplacent les monts enneigés. Sachez que cette destination est l’un des rares lieux où il est possible de faire du sandboard en Amérique du Sud.

Par ailleurs, un autre moyen de visiter autrement Huacachina est de réaliser un circuit sur-mesure en buggy. Cette activité ne manque pas d’attirer les amateurs de sensations fortes et d’adrénaline. Vous pouvez vous adresser à une agence locale qui organise ce type d’activité.

Au programme, descentes raides, virages étourdissants et vitesse. Le circuit dure, environ 2h pour le plein de sensations. Le tarif pour cette activité est assez abordable. Ne prévoyez pas moins de 40 Soles pour un tour. Il faut souligner que le buggy est le véhicule parfait pour foncer à vive allure dans le désert.

Et à Huacachina, on trouve cet engin un peu partout. D’ailleurs, il s’agit du principal business de cet endroit. Et enfin, pour voir les plus beaux coucher de soleil de la région, rendez-vous sur une des dunes entourant le site. Il faut également souligner que les chauffeurs sont des professionnels.

Pour le sandboard, le principe est simple. Il faut monter en haut des dunes, avec le buggy. On grimpe sur une planche destinée à cette pratique et dévaler les pentes sur le ventre à vive allure. Pour les plus courageux, ils pourront essayer de se mettre debout sur la planche.

Lors du choix du matériel, et notamment de la planche, veillez à vérifier qu’elle est neuve et que les attaches présentent un bon maintien. Les dunes sont moins glissantes que la neige, mais on peut facilement s’en sortir. Beaucoup de personnes arrivent à se mettre debout la première fois. La location d’une planche est à partir de 5 soles.

Une autre activité à ne pas rater est la montée à pied de la plus haute dune de l’oasis. Pour cette ascension, il faut compter en 20 et 30 minutes sur une pente abrupte. Le vent ne manquera pas de fouetter le sable sur les mollets. Toutefois, la vue d’en haut vaut le coup.

Sur le sommet, vous profiterez d’une vue imprenable sur tout le désert, l’oasis et la ville voisine. Et pour descendre, offrez-vous un moment d’adrénaline en utilisant une planche pour descendre sur les fesses.

L’oasis Moron

Huacachina n’est pas la seule destination où il y a un oasis à visiter dans la région. S’il constitue l’attraction la plus touristique de la province d’Ica, un autre oasis, moins connu, certes, mérite aussi que l’on s’y attarde. Il s’agit de l’oasis Moron, dans le district de Humay, dans la province de Pisco.

C’est un véritable havre de paix pour ceux qui cherchent à s’éloigner des stations touristiques. Cet endroit situé à 4h de Lima propose un cadre entièrement naturel. C’est en effet un lieu inhabité et peu visité par rapport à l’oasis Huacachina. Outre l’observation d’un beau paysage, on peut également y faire des activités sportives, dont le fameux sandboard, la natation et le kayak.

On y admire également des oiseaux et des poissons, ou faire du camping et des feux de camps. Les différentes végétations entourant la lagune sont également à découvrir.  Elles offrent un charme incontestable au lieu grâce à leurs couleurs bleues, jaunes et vertes. À noter que le gouvernement prévoit des constructions sur le site afin de promouvoir le tourisme. Toutefois, l’accès à la lagune n’est pas aussi simple que celui de Huacachina.

Il est tout à fait possible de combiner les deux destinations, à savoir l’oasis de Huacachina et celui de Moron. Pour profiter pleinement de votre séjour, il est judicieux de choisir la formule sur-mesure. Cela constitue également un bon moyen pour dépenser moins d’argent.

Il faut noter que l’aventure peut se réaliser en une journée ou encore moins si on ne prend pas le temps de prendre un bain ou faire des activités. Les deux oasis sont tout à fait accessibles depuis Piscon, Parcas et Ica. Pour la lagune Moron, il n’est pas compliqué de s’y rendre indépendamment. Le trajet comprend un transport pour rejoindre la ville de Bernales et un autre sentier pédestre d’environ 45 minutes.

Autres visites incontournables

popo

Paracas est une ville située à 250 km de la capitale péruvienne. Il constitue un point de départ idéal pour un circuit vers la région du Pisco. Il est possible d’explorer la région en bateau jusqu’aux Iles Ballestas. Celles-ci sont un véritable joyau de la nature.

Elles sont surnommées Petites Galapagos du Pérou. On y trouve environ 18 espèces d’oiseaux et 3 espèces de mammifères. Sur le trajet, on contemple un impressionnât géoglyphe depuis l’embarcation. N’oubliez pas votre appareil photo.

Et pour découvrir la richesse de la faune marine de la région, direction la réserve San Fernando. Cette dernière est moins connue, ce qui en fait une destination de choix pour profiter de la nature péruvienne sans la pression touristique.

Pour s’y rendre, il faut traverser les dunes et le terrain accidenté à bord d’un camion 4×4. On passe par Punta Gallinazo pour observer une importante colonie d’otaries sur le rivage. Sur les rochers, on peut apercevoir les manchots de Humboldt qui sont plus discrets.

Le domaine Vinas Queirolo est un établissement ouvert au public depuis 2010. Il s’agit d’un héritage d’une noble famille, Queirolo. Il est connu pour ses 400 ha de vignes qui l’entourent.

Cette adresse est idéale pour s’offrir un petit moment de détente dans un cadre ensoleillé. Diverses activités sont proposées sur le site (visite guidée, VTT, dégustation de Pisco…). La visite de ce domaine permettra aux voyageurs de s’initier à la tradition Queirolo. Il est idéalement situé sur la récente route des vins au Pérou.

Far West est une vallée fertile autrefois occupée par les espagnols, notamment dès les débuts de la colonisation. Des plans de vignes y ont été introduits par Fransicso de Carabantes. On y a construit différents monastères chargés de fabriquer du vin pour les offices des églises cathiliques du Nouveau Monde.

Ces monastères d’Ica sont aujourd’hui transformés en caves modernes et en établissement hôteliers. Le côté Far west de la vallée est marqué par les hommes en large chapeau de paille qui passent entre les couloirs de vignes sur leur cheval aux racines andalouses.

Sinon, Santo Tomàs de Villa-Nueva, un ancien monastère, ne manque pas d’attirer par sa façade à la couleur saumon contrastant avec le vert profond des vignes et le bleu du ciel. Cette propriété a été exploitée par la famille Olaecheas depuis la fin du XIXe siècle.

La ville d’Ica a reçu les conseils d’œnologues français renommés dès les années 1924. Les produits, notamment les vins et son pisco, sont sur les étals du célèbre épicier de luxe Fauchon. Dans la région, les producteurs utilisent un seul cépage, le Quebranta, pour fabriquer ces boissons locales.

À noter que le pisco pur atteint 38 à 46°. Sa dégustation se fera donc avec modération. Vous pouvez choisir le cocktail local, le Pisco Sour.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :